Conférence de presse du 14 mai 2024 tenue par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

2024-05-14 22:00

Agence de Presse Xinhua : La Chine vient d’annoncer la visite d’État du président Vladimir Poutine en Chine. Pourriez-vous nous parler de l’arrangement de cette visite et des attentes de la Chine à cet égard ?

Wang Wenbin : À l’invitation du président Xi Jinping, le président russe Vladimir Poutine effectuera une visite d’État en Chine les 16 et 17 mai. Il s’agit de la première visite d’État de Vladimir Poutine depuis le début de son nouveau mandat. Tandis que cette année marque le 75e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie, lors de la visite, Xi Jinping et Vladimir Poutine échangeront leurs points de vue sur les relations bilatérales, la coopération dans divers domaines, et les questions internationales et régionales d’intérêt commun. Nous publierons en temps voulu les informations relatives à cette visite. 

TV Asahi : Selon les rapports, la première réunion du dialogue intergouvernemental Chine-États-Unis sur l’intelligence artificielle (IA) se tient aujourd’hui à Genève, en Suisse. Pourriez-vous nous parler des thèmes et de l’importance de cette réunion ?

Wang Wenbin : Pour mettre en œuvre le consensus atteint lors du sommet de San Francisco entre les deux chefs d’État, comme convenu par les deux parties, la Chine et les États-Unis organiseront la première réunion du dialogue intergouvernemental sur l’intelligence artificielle (IA), à Genève, en Suisse, le 14 mai, heure locale, afin d’échanger des points de vue sur les risques technologiques de l’IA, la gouvernance mondiale et d’autres questions qui les préoccupent. 

CRI : Selon les rapports, la cérémonie de remise des clés du chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti s’est tenue à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie. L’événement a également permis d’examiner les performances du chemin de fer au cours des six dernières années et d’envisager son avenir. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Le chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti est le premier chemin de fer transnational électrifié à écartement standard en Afrique de l’Est. Il s’agit également d’un projet phare de la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » entre la Chine, l’Éthiopie et Djibouti. Nous avons préparé quelques diapositives pour vous en dire plus sur la coopération dans le cadre de ce projet.

Depuis sa mise en service, le chemin de fer a permis de créer plus de 55 000 emplois locaux, de renforcer considérablement la connectivité entre l’Éthiopie et Djibouti et de donner une forte impulsion au développement économique et social des deux pays.

Comme nous le disons souvent en Chine, il est plus important d’apprendre aux gens à pêcher que de leur donner du poisson. Le chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti en est le meilleur exemple. La Chine a non seulement collaboré avec l’Éthiopie et Djibouti pour construire un chemin de fer moderne, mais elle a également formé et accrédité plus de 2 800 travailleurs locaux au cours des six dernières années, contribuant ainsi à la constitution d’une équipe locale compétente. La cérémonie de remise des clés a marqué l’achèvement réussi de la participation de l’équipe chinoise à l’exploitation et à la maintenance du chemin de fer, et signifient également que l’équipe africaine a entièrement pris en charge son exploitation, devenant ainsi un nouveau départ pour l’exploitation et le développement du chemin de fer. La Chine continuera à travailler avec les deux pays pour faire de ce chemin de fer une route de la prospérité qui favorise la coopération gagnant-gagnant, promouvoir conjointement le développement de haute qualité dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » entre la Chine et l’Afrique, et contribuer au développement commun de la Chine et de l’Afrique.

AFP : Selon certaines informations, les « marines » américaine et taïwanaise ont organisé des exercices conjoints dans le Pacifique le mois dernier. Pourriez-vous confirmer cette information ?

Wang Wenbin : J’ai noté qu’un rapport affirme que les navires américains et taïwanais ont eu des « rencontres imprévues ». Je tiens à souligner que la Chine est fermement opposée à tout contact militaire entre les États-Unis et Taïwan. Cette position est cohérente et sans équivoque. Nous demandons instamment aux États-Unis de respecter sincèrement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints Chine-États-Unis, et de mettre fin à leur comportement erroné consistant à avoir des contacts militaires avec Taïwan. Nous avons également un avertissement clair à adresser aux autorités du Parti démocrate progressiste (PDP) : la recherche de l’« indépendance de Taïwan » et la résistance à la réunification par la force sont vouées à l’échec. Elles peuvent en être assurées. 

NHK : Yuan Keqin, ancien professeur de l’Université d’éducation de Hokkaido, a été détenu par le gouvernement chinois pour suspicion d’espionnage à son retour en Chine en mai 2019. Le ministère des Affaires étrangères peut-il nous informer de sa situation actuelle ?

Wang Wenbin : Je vous recommande de consulter les services compétents pour les détails. Ce que je peux vous dire, c’est que la Chine est un État de droit et qu’elle traite les affaires concernées conformément à la loi.

CCTV : Lors d’une récente interview accordée aux médias américains, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a de nouveau mentionné la soi-disant « surcapacité » de la Chine dans les véhicules électriques et d’autres secteurs des nouvelles énergies. Interrogée par l’interviewer, Janet Yellen a déclaré que les États-Unis subventionnaient très explicitement les investissements dans ces domaines stratégiques importants. Et ce que les États-Unis ne veulent pas voir, ce sont des subventions chinoises massives à des entreprises ayant une énorme surcapacité. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Nous avons pris note du rapport concerné. Selon la logique américaine, les subventions américaines sont des « investissements dans des industries critiques », tandis que les subventions d’autres pays sont considérées comme une « concurrence déloyale inquiétante »; les exportations américaines dotées d’un avantage comparatif constituent un « libre-échange », alors que les exportations d’autres pays avec un avantage comparatif sont le signe d’une « surcapacité ». Un proverbe chinois illustre cette logique : « Le magistrat se permet de mettre le feu mais interdit à tous les autres d’allumer des bougies ». En termes américains, c’est « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » (Do as I say, not as I do). En fin de compte, les États-Unis utilisent essentiellement l’allégation de « surcapacité » pour réprimer les industries fortes d’autres pays, pratiquer le protectionnisme sous le prétexte de « concurrence loyale », et piétiner les principes du marché et les règles du commerce international. Ce n’est rien d’autre que de l’intimidation.

Je tiens à réaffirmer que la croissance rapide des industries des nouvelles énergies de la Chine repose sur une innovation technologique continue, des chaînes industrielles et d’approvisionnement complètes et une pleine concurrence sur le marché, et que sa position de leader est le résultat de la combinaison de l’avantage comparatif et des lois du marché, et non de prétendues « subventions ». En revanche, ces dernières années, les États-Unis ont promulgué les lois « CHIPS and Science Act » et « Inflation Reduction Act » pour intervenir directement dans l’allocation des ressources du marché par le biais de subventions directes et indirectes totalisant des centaines de milliards de dollars. Ce sont les États-Unis qui subventionnent le plus leurs industries.

Les subventions ne garantissent pas la compétitivité industrielle, et le protectionnisme ne favorise pas l’émergence de véritables champions commerciaux. Les industries des nouvelles énergies en croissance rapide de la Chine sont ce dont l’économie mondiale a besoin pour la transition verte et elles servent les intérêts de la Chine, des États-Unis et du monde entier. La Chine exhorte les États-Unis à renoncer à leur hypocrisie et à leur politique de deux poids deux mesures, et à ne pas commettre la même erreur en recourant au protectionnisme. 

Bloomberg : Selon les rapports, le gouvernement britannique aurait arrêté des agents de Hong Kong en les accusant d’être des espions. Pourriez-vous nous en dire plus ? 

Wang Wenbin : La Chine est gravement préoccupée par l’arrestation et la poursuite des citoyens chinois. Nous demandons instamment au Royaume-Uni de sauvegarder sérieusement les droits et les intérêts légitimes des citoyens chinois au Royaume-Uni. Depuis un certain temps, le Royaume-Uni ne cesse de faire du tapage médiatique autour des soi-disant « espions chinois » et « cyber-attaques chinoises ». Toutes ces accusations sont sans fondement et constituent une diffamation inacceptable. La Chine s’oppose fermement à la manipulation politique méprisable au nom de la justice et de la sécurité nationale.

AFP : Selon les rapports, le président américain Joe Biden annoncera mardi des droits de douane supplémentaires sur les produits en provenance de Chine, ciblant les véhicules électriques, les fournitures médicales et les produits solaires chinois. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Je vous recommande de consulter les services compétents pour les détails. Je voudrais vous dire que la Chine s’oppose toujours à l’imposition unilatérale de droits de douane supplémentaires qui violent les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et qu’elle prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre ses droits et intérêts légitimes.

AFP : Hier, l’Agence mondiale antidopage (AMA) a décidé de tenir une réunion extraordinaire cette semaine pour discuter de l’affaire des 23 nageurs chinois contrôlés positifs à des médicaments pour le cœur. La Chine se montrera-t-elle coopérative si des documents pertinents lui sont demandés avant la réunion ?

Wang Wenbin : Je vous recommande de consulter les services compétents chinois pour votre question spécifique. Nous avons précisé la position de la Chine sur ce sujet. 

Il convient de souligner que, récemment, certaines organisations et certains médias étrangers ont délibérément ignoré la position ferme de la Chine contre le dopage dans le sport et les résultats de la campagne antidopage de la Chine. Avec une sérieuse partialité prise contre le travail antidopage de la Chine, ils ont publié des rapports et des commentaires qui sont clairement non factuels et qui violent gravement la vie privée des athlètes. Leur objectif est d’induire le public en erreur par le biais des médias afin d’attaquer l’AMA et la Chine et d’ébranler le système mondial de lutte contre le dopage existant et fonctionnant correctement. Nous condamnons fermement ces tentatives.

La Chine s’est toujours engagée dans la lutte contre le dopage et soutient la gouvernance indépendante, équitable, cohérente et efficace de l’AMA à l’échelle mondiale.